Histoire de la Pacific 231E41


Historique de la 231E41

De gauche a droite : M. HOCHART : chauffeur, M. Oscar PARDO : Ingénieur des mines, M. Gilbert SUEUR : le dernier mécanicien titulaire

Photo prise vers 1960 à Calais Maritime

L’HISTOIRE DES PACIFIC

A partir de 1932, André CHAPELON, ingénieur en chef à la compagnie du PO (Paris-Orléans) fit transformer aux atelier de Tours une série de machine « Pacific » afin d’améliorer les performance au regard de la charge croissante des trains à remorquer.

Ces machines, les 3700, assurèrent dès lors un service extraordinaire, sans commune mesure avec ce qui était pratiqué à l’époque en matière de traction en vapeur.

Le réseau du Nord qui s’intérressait de près aux performances de ces machines baptisées les « reines de Tours », organisa des essais comparatifs entre les différentes machines à la pointe de la technique de l’époque.

Il en est ressorti que la 3715 du PO se révéla la meilleure et la plus économique. Le Nord décida donc d’acquérir des Pacific PO réalisées par les ateliers de Tours par transformation d’une série de 3500. Il les numérota 3.1171 à 3.1190. De plus, le réseau commanda 28 autres locomotives identiques à l’industrie privée et qui reçurent les numéros : Nord 3.1191 à 3.1198 et 3.1111 à 3.1130.

C’est ainsi que naquit la 231E41 ou plutôt le numéro 3.1123 Nord aux ateliers Fives Lille.

 L’HISTORIQUE DE LA 3.1123 Nord ou 231 E 41

Elle fut mise en service la 14 janvier 1938 au dépôt de Calais.

Mutée ensuite à Fives le 2 décembre 1940,

Elle a été garée à Commines en RD (Réparation Diféré) le 10 octobre 1944.

Elle a ensuite été reparée à Hellemmes puis sortie le 20 juin 1946.

Elle a été ensuite expédiée au dépôt de Calais par le dépôt de Fives.

Affectée au dépôt de Calais le 17 juillet 1947 avec le tender 37 A 64.

Vers 1955, son mécanicien titulaire était Albert CARTELET et son chauffeur Marcel HAVART.

Son dernier mécanicien titulaire fût M. Gilbert SUEUR avec Marcel Hochart comme chauffeur.

 Elle a été radiée le 9 septembre 1963 à Calais.

En 1969, elle a été expertisé pour être présentée au musée de Mulhouse, mais ce fût la 231E22 qui fût choisie pour son meilleur état.

5 ans plus tard, en 1974 donc, la 231E41 a été vendu pour le franc symbolique par la SNCF auprès de la ville de Saint Pierre des Corps.

Elle est exposée en monument publique à proximité du dépôt des locomotives, sur le boulevard des déportés à Saint Pierre des Corps.

Depuis, les années ont passé et son état n’a cessé de se dégrader

 

En 2003, cette dernière est devenu monument historique.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *